Le syndrome « Barbie et Ken » – Partie II

Agis !

Dans la première partie de l'article, j'ai parlé des changements inhérents à l'objectivation des femmes et à la féminisation des hommes. Récemment, j'ai été attirée par un titre d'article mentionnant la déclaration d'une actrice hollywoodienne. Elle était déconcertée par le fait que la tendance à faire de la chirurgie plastique au niveau du visage n'aplatissait pas seulement les personnalités, mais produisait aussi des distorsions convulsives de l'image de soi. Je vous propose donc de nous concentrer sur les moyens de construire une bonne estime de soi, en étant le plus proche possible de ce que nous sommes véritablement.

Herbert Harris compile, dans Les Douze lois universelles du succès, une série de lois qui peuvent assurer le succès dans la vie. La première est la « loi de la pensée » et elle concerne directement l'autocritique et l'image de soi. C’est-à-dire, comme le dit Harris : « La façon dont tu te vois déterminera ce que tu obtiendras dans la vie. L'image que tu as de toi-même est  la vision que tu as de ta propre personne. C'est la représentation mentale et émotionnelle que tu développes dans le champ de la conscience, faisant référence à ce que tu es et à ce que tu représentes. L'image de soi est importante, car elle représente le point de départ de tes expériences de vie ». Qu'avons-nous ici ? Une causalité directe entre la façon dont tu te définis et la façon dont ta vie se développe. Si nous nous plaignons constamment de nous-mêmes ou si nous avons l'impression de ne pas avoir de valeur, alors très probablement, nous nous sommes persuadés d’accepter une succession d'échecs. Si tu ne te penses pas capable de faire quelque chose, tu ne réussiras pas. Cette incertitude, causée par l'incompatibilité avec les normes de beauté promues avec virulence par les médias, a de graves répercussions sur l’image que l’on a de nous-même. Pour le simple motif que la taille de notre corps ou les proportions de notre visage ne correspondent pas aux tendances actuelles, nous implantons profondément dans notre subconscient un sentiment d'imperfection, que nous projetons ensuite sur toute notre structure humaine. Parce que nous ne ressemblons pas à Kate Moss ou parce que nous avons des vergetures, toute notre image de nous-même est dominée par le sentiment d'imperfection et d'insuffisance. Pour les adolescents, ce sentiment est encore plus fort.

Afin de créer une image de nous équilibrée et saine, nous devons abandonner les normes de beauté irréalistes et comprendre que les médias de masse vendent en réalité une image, une projection, qui ne correspond pas à la réalité. Plus que cela, le but est de vendre toute une série de produits allant des cosmétiques aux articles de mode, capables d'offrir ce « look » hollywoodien.

Ensuite, il faut prêter attention aux trois facteurs qui déterminent ce qu’est l'image de soi : les pensées et les émotions que nous cultivons dès le plus jeune âge, l'environnement et l'entourage. Prenons-les séparément :

  1. Les émotions et les pensées que tu développes sont celles qui, en définitive, détermineront  ta personnalité. Les pensées négatives, la frustration, se plaindre, la honte, nourrir le sentiment que tu ne mérites pas d'être apprécié ou aimé, toutes ces émotions négatives doivent être éliminées. Prends le temps de faire une introspection. Si tu te bats contre ce type de sentiments négatifs, essaie de regarder au-delà, d'identifier les causes, les raisons qui t’ont conduits à ces tendances. Comme le disait l'auteur mentionné ci-dessus, « l'image de soi se développe à partir de ces sentiments et émotions, qui seront plus tard associés à des pensées. Si les années qui suivent ne les transforment pas [...] au sens large, elles détermineront toutes les expériences de la vie ». Alors, encore une fois, agis ! Supprime les sentiments négatifs et cultive des sentiments positifs pour les remplacer !
  2. L’environnement : Une maison ou une pièce bien rangée, peut faire des merveilles. Le désordre et la saleté ne font que souligner une image de soi destructive. Mets de l’ordre dans ton espace et, petit à petit, ta vie sera également en ordre. Dans son étude, Herbert Harris fut très inspiré lorsqu'il fit la remarque que, que nous le voulions ou non, nous prenons une partie des traits de l'environnement dans lequel nous habitons.
  3. L’entourage : Comme on ne peut conclure d’une meilleure manière que celle-là, je vais citer directement les observations de Harris sur le choix des amis dans lesquels nous investissons du temps et de l'énergie : « Tu devrais te joindre, en premier lieu, aux personnes qui ont les qualités complémentaires [aux tiennes et qui sont] capables d'améliorer l'image que tu as de toi-même. De telles associations t'aideront à accélérer ton évolution personnelle... ».

En conclusion, oublie la poupée Barbie et les stéréotypes imposés par les médias, et commence à réellement investir dans ton développement. Découvre qui tu es. Ce n'est qu'après que tu sauras ce que tu attends de la vie et comment atteindre tes objectifs. Cultive les aspects positifs que tu possèdes.

Ne te concentre pas sur tes défauts, mais sur le développement de tes qualités !

Ellen White écrit sur ce genre de « beauté inaltérable » : « La religion pure de Jésus exige de ses disciples la simplicité de la beauté naturelle, l’élégance du raffinement inaltéré ainsi qu’une noble pureté, plutôt que des artifices et des apparences. Dieu, qui créa toutes choses agréables et belles à contempler, aime profondément la beauté. Il vous montre à quel point Il valorise la vraie beauté ». Et où peux-tu trouver cette véritable beauté ? En toi-même ! Sois fier, parce que tu es un enfant de Dieu, tu fais partie de son incroyable Création.

Rate the article

Today you are the teacher!

add your opinion

By adding a comment you agree with the terms of use and privacy policy of YouthAlive Portal.