Les parents et (leur rôle dans) le choix de ton partenaire de vie

Tes parents peuvent-ils avoir leur mot à dire dans le choix de ton partenaire de vie simplement parce qu’ils t’ont mis au monde? Que peut-il être fait ? Demandes-tu leur avis ? Le prends-tu en considération ou présentes-tu la situation comme une affaire réglée, en leur présentant ton futur conjoint et c'est tout ?

En général, les enfants qui trouvent des raisons de critiquer leur famille, rejettent l'implication de leurs parents dans leurs choix concernant un futur partenaire, tandis que ceux qui consultent leurs parents accueilleront leurs opinions. Je serais heureux si tu appartenais à la deuxième catégorie et que tu leur demandais leur avis. Et même s'ils n'ont pas été les meilleurs modèles pour toi à cet égard, pars du principe qu'ils ne veulent que ce qu'il y a de mieux pour toi et que leurs expériences qu’ils ont vécu peuvent t'aider. Au moment où tu prendras l'initiative d'une discussion comme celle-ci avec tes parents, tu créeras des ponts relationnels qui pourront réparer ce qui n'était pas si parfait jusque-là. Tu n'as peut-être pas eu la meilleure relation avec tes parents, surtout à l’adolescence, mais lorsque tu es sur le point de prendre une décision pour ton avenir, ne les ignore pas.

Cependant, que fais-tu lorsque tu leur demandes conseil et que la réponse n'est pas vraiment celle que tu souhaitais ? Et si tes parents te disent de ne pas te précipiter dans le mariage en invoquant des raisons telles que : « il/elle n'est pas bien pour toi », « ne pourrais-tu pas trouver un(e) meilleur(e) partenaire ? », « il/elle est un(e) bon(ne) ami(e), mais de là à l'épouser… », « nous avons tellement investi en toi et maintenant tu compromets ton avenir ! », « ne vois-tu pas de quelle famille il/elle vient ? », « il/elle n'a pas de travail » ou « il/elle n'est pas un garçon/une fille sérieux(se) » ?

Que fais-tu donc ?

Tout d'abord, la clé pour résoudre cette situation est de continuer à communiquer. Ne reste pas bloqué, ne rejette aucune idée de leur part et ne prends pas de décision pour le moment.

N'oublie pas que, quelle que soit la personne que tu épouses, ta mère et ton père resteront toujours tes parents. Ils t'aimeront toujours, même s'ils ne sont pas d'accord avec ta décision ou s'ils sont contrariés et déçus. Ils ne savent peut-être pas toujours comment le montrer, mais leur amour restera inchangé.

Alors, montre-leur que tu peux écouter leurs arguments et même mesurer soigneusement chaque opinion. Pose des questions, demande des éclaircissements. Peut-être que tu « penses avec tes hormones » et que tu aurais besoin d'un avis plus détaché. Si les arguments de tes parents rejoignent aussi tes questions ou tes doutes, alors tu dois les évaluer. Tu as vécu suffisamment d'expériences, mais tu ne sais pas tout.

Ne commence pas à te plaindre à ton/ta partenaire de la désapprobation de tes parents. Dis-lui plutôt, sur un ton calme, quels sont leurs doutes et écoute ses contre-arguments. Dis-lui que tu serais plus tranquille s'il/elle remédiait à ces lacunes et essayait de gagner la confiance de tes parents.

Utilise tes compétences pour créer des contextes dans lesquels tes parents peuvent apprendre à connaître ton/ta partenaire. S'il/elle échoue et que tes parents ne l'aiment pas immédiatement, tu auras encore plus de raisons de reconsidérer ta décision. Ne ferme pas les yeux dessus et, si nécessaire, n'aie pas peur ou honte d'admettre devant tes parents qu'ils avaient raison.

Cependant, n'oublie pas qu'au final la décision t'appartient. Tu as le droit de choisir qui tu veux épouser, mais parfois, ce droit peut être utilisé à mauvais escient. Prends une décision qui te satisfera, mais qui n'affectera pas négativement ta relation avec tes parents. Un choix qui te satisfera aussi bien aujourd'hui que demain. Tu ne sais pas comment les choses seront alors, mais tu peux anticiper certains aspects. Si les différences entre vous deux, en termes de statut social, d'éducation, de valeurs, d'attentes sont trop importantes aujourd’hui, elles vont sérieusement éroder votre vie de couple. Pense aux critères de moralité, de caractère et de compatibilité que tes parents pourraient invoquer. Le fait qu'il soit trop petit, trop gros ou sa couleur de cheveux, ne sont pas des arguments que tu dois prendre en compte. Pas même ceux liés aux différences financières, même si ces aspects ne doivent pas être complètement ignorés.

Essaie de comprendre tes parents : pour eux aussi c'est un moment de rupture. Ils ont peut-être peur de te perdre. Montre-leur de l'amour, du respect, prouve-leur que cette relation fait de toi une meilleure personne.

Il y a quelqu'un d'autre qui peut te conseiller sur le mariage : Dieu. Si tu es vraiment dans le doute et que tu ne sais pas quelle décision prendre, demande à Dieu. Prends le temps de prier et d'attendre Sa réponse.

Ellen White écrit avec prudence sur le fait de faire le bon choix avant le mariage : « Un tel engagement pris sans discernement peut devenir un des plus sûrs moyens de ruiner les possibilités d'action des jeunes gens et des jeunes filles. La vie devient un fardeau, une malédiction. […] Je souhaiterais pouvoir montrer et rendre sensibles aux jeunes les dangers qu'ils courent, spécialement celui de contracter des mariages malheureux. […]

Les liens de famille sont les plus étroits, les plus tendres et les plus sacrés qui soient. Ils ont été établis pour être en bénédiction à l'humanité. En effet, le mariage est un bienfait chaque fois qu'il est contracté avec sagesse, dans la crainte de Dieu et avec le sentiment des responsabilités qu'il entraîne. Chaque foyer devrait être un lieu où règne l'amour, un lieu où les anges de Dieu demeurent pour exercer leur influence apaisante et adoucissante sur les cœurs des parents et des enfants. »

Fulton J. Sheen conclut : « Il faut être trois pour faire l'amour, pas deux : toi, ton conjoint et Dieu. Sans Dieu, les gens ne réussissent qu'à faire ressortir le pire chez l'autre. Les amoureux qui n'ont rien d'autre à faire que de s'aimer découvrent rapidement qu'il n'y a rien d'autre. Sans un attachement majeur, la vie est inachevée. »

Rate the article

Today you are the teacher!

add your opinion

By adding a comment you agree with the terms of use and privacy policy of YouthAlive Portal.